Sélectionner une page

Emmanuelle Rybojad

Emmanuelle Rybojad

À propos

Emmanuelle Rybojad

Jeune artiste plasticienne de vingt-sept ans, Emmanuelle Rybojad est une alchimiste de la matière. Rien ne semblait prédestiner cette femme à l’allure d’enfant mais au dynamisme mordant à devenir l’une des figures montantes de l’art contemporain. Intuitive et débordante d’ambition, elle expérimente les procédés, apprivoise les matières, défie les perspectives et ose.

En moins d’un an, ses œuvres ont été accueillies dans des galeries de renoms à New-York, Singapour, Paris, Londres, Miami, Genève, Saint-Tropez ou encore Venise.

Autodidacte, elle s’imprègne de l’art dès son plus jeune âge aux côtés d’un beau-père collectionneur qui l’initie aux grands mouvements artistiques. Emmanuelle s’intéresse à toutes les formes d’art et développe une curiosité plurielle et profonde. Une curiosité qui la pousse à envisager l’art ailleurs que sur les murs. Vers une table basse d’abord, vers d’autres supports par la suite.

Elle comprend que le siècle où elle est née est celui des possibles pour celles qui n’ont pas peur de le croire. Fascinée par l’espace et la matière, elle cherche sans cesse à détourner les objets de leur fonction principale en se lançant des défis éclairés qui la mènent vers des réalisations étonnantes.

Pour Emmanuelle Rybojad, l’art est pensé comme une expérience à vivre et à faire vivre. Inspirée par les symboles de la culture Pop et des années 70, elle ouvre son atelier à de nouveaux matériaux et travaille des supports variés : miroirs, néons, LED. Dès ses premières œuvres, elle commande deux mille Rubik’s cubes alors qu’elle n’en avait jamais touché un seul, découvre la lumière par les enseignements d’un électricien et adopte les techniques de travail du plexiglas auprès d’un plasticien. Ayant pour formation son audace et sa détermination à apprendre, Emmanuelle Rybojad tente, essaye, essaye encore et finit par aboutir : pour l’artiste, les difficultés sont faites pour être contournées et les obstacles la guident vers des chemins inventifs.

Electron libre, elle se sent héritière à la fois du mouvement cinétique mais aussi des grandes figures féminines du XXème siècles et de ces femmes artistes qui portent leur art comme d’autres portent un enfant. Elle admire Niki de Saint-Phalle pour la place qu’elle a su s’octroyer sur la scène contemporaine, Martha Boto qui se plait à jouer avec l’électricité, Miss Tic et Aiko pour l’impulsion féminine qu’elles ont donnée au street art ou encore la légendaire Louise Bourgeois pour son incarnation nuancée de la société.

Les œuvres d’Emmanuelle Rybojad se veulent résolument actuelles, empreintes d’une modernité multi-générationnelle qui interpelle et incite à l’introspection. Une modernité juste et expressive, cultivée par cette frontière mince entre l’art et l’artisanat, entre un esthétisme qui questionne et une remise en question esthétique. Pour elle, l’œuvre n’a de sens que si le spectateur y prend part : son regard est la touche finale.

Pour cette créative à la détermination presque insolente, c’est la singularité de chaque réalisation qui prime et qu’elle n’a de cesse de bousculer à chaque fois qu’elle débute une nouvelle pièce. Emmanuelle Rybojad s’aventure et c’est la seule façon dont elle envisage l’entreprise artistique. Pour elle, le risque n’est pas synonyme de péril mais d’enrichissement. Emmnanuelle Rybojad est une artiste à l’inspiration entière.

En savoir plus

Pin It on Pinterest